DSC_0394

Un Moment avec les Ados

Il est difficile d’exprimer pourquoi le camp des adolescents est si exceptionnel. Le camp est encore jeune; il a été créé en 2013 lorsque PSE s’est aperçu que les enfants de plus de 15 ans avaient besoin d’activités adaptées. Il était évident dès le début que l’on pourrait accomplir beaucoup de choses avec ce camp. En effet, les 15-20 ans sont à un âge très vulnérable, un âge auquel ils peuvent très facilement être influencés vers des situations extrêmement dangereuses comme la prostitution, la violence de gangs, ou le trafic de stupéfiants. Ces enfants ont très souvent grandi avec des parents alcooliques, absents ou décédés. Le traumatisme de leurs parents est un résultat des 30 dernières années d’agitation politique dévastatrice au Cambodge. En conséquence, ces enfants n’ont pas de figure autoritaire dans leur vie, aucun modèle à suivre en grandissant. Au camp des adolescents, les animateurs peuvent construire une véritable relation avec eux, et leur offrir une dimension éducative qui voudrait changer le cours de leur vie et leurs perspectives sur l’avenir. Celles-ci ne sont que certaines des raisons pour lesquelles nous pensons que le camp leur soit d’une très grande valeur.

Raquel et Sambo, les coordinateurs du camp
Raquel et Sambo, les coordinateurs du camp

Raquel Quejido, la coordinatrice du camp des Teenagers cette année, pense qu’il y a énormément de choses sur lesquelles on peut travailler avec eux. Elle était un peu appréhensive au début parce que « les adolescents peuvent être très exigeants et même enclins à juger les moniteurs et leurs activités ». Pour elle le plus grand défi de coordonner ce camp, c’est d’avoir un impact, et d’insister sur l’aspect éducationnel des activités. C’est surtout difficile à cause de la langue. Le but est vraiment de transmettre des valeurs comme l’importance de l’éducation et de penser au futur, et de travailler vers ce futur. « Les camps d’été, en mon opinion, sont un environnement idéal pour relayer ces messages car les adolescent sont beaucoup plus réceptifs dans une atmosphère drôle comme celle-ci, où ils se sentent bien. Ça marche très bien de cette manière. En plus, les ados adorent les moniteurs européens, on est vraiment des modèles pour eux, et je dis toujours à mon équipe qu’on a besoin d’être des exemples, d’être conscients de de l’image qu’on projette à tout moment. »

C’est peut être difficile pour les moniteurs européens de réaliser l’environnement familial de leurs adolescents, car ils sont propres sur eux, s’habillent soigneusement, et sont très réservés par rapport à leurs familles. Ils sont à l’âge de la fierté ; ils veulent faire bonne impression. Une ancienne monitrice du camp des teenagers eut l’opportunité d’aller chez l’un des ados, et observa avec consternation que son attitude joyeuse et extravertie pendant le camp n’effaçait pas le fait qu’il dormait chaque nuit dans une pièce de 20m2 avec huit autres personnes, sans électricité ou eau courante, entouré de déchets, vermine et de boue. Son père conduisait un tuk-tuk et sa mère vendait des collations au bord de la route de 6h à 17h. A 17h, quand le garçon sortait du camp, il prenait le relai jusqu’à 21h. Raquel croit que « c’est extrêmement important pour nous d’essayer de comprendre d’où viennent ces enfants ; pour commencer, je pousse mon équipe à prendre les bus PSE qui partent chercher les enfants chez eux chaque matin. »

Malgré cette situation délicate, le camp des adolescents est un réel succès et il n’y a qu’à voir leur enchantement lorsqu’ils essaient des skateboards pour la première fois,  qu’ils essaient des gants de boxe, qu’ils font des crêpes ou quand ils sautent dans la piscine olympique, pour comprendre à quel point ils s’amusent au summer camp. Les adolescents ont aussi assisté à des cours donnés par le projet médical ce mercredi, où ils ont écouté des étudiants en médecine leur parler de maladies infectieuses et de l’effet néfaste des drogues sur le corps. Ce genre d’ateliers est prévu toutes les semaines pendant le camp d’été, et met en marche la dimension éducative que Raquel s’imaginait.

Pour Tito et Marco, deux moniteurs du camp qui sont à PSE pour la première fois, ce qui rend le camp des ados unique c’est « l’attitude attentionnée et très amicale des teenagers ». Ils ont aussi ajouté que « la meilleure manière de leur apprendre une leçon c’est par l’exemple. Si on veut les pousser à avoir de meilleures relations entre eux, on doit d’abord démontrer notre excellent travail d’équipe. Si on veut qu’ils soient plus ordonnés, on doit commencer par ramasser les ordures et leur demander de nous aider à ranger le matériel après les activités.

Kandek Nearirath, monitrice Khmère du camp, adore travailler avec les ados, parce qu’elle peut comprendre leurs caractères et avoir une bonne influence sur eux. « Je veux leur apprendre à aimer les études, et leur montrer qu’ils peuvent améliorer leurs vies ». D’autre part, avec le camp d’été, Nearirath peut améliorer son anglais et vivre de nouvelles expériences en travaillant avec des gens aux cultures complètement différentes. « Globalement, c’est une expérience d’apprentissage autant pour moi que pour les adolescents. Je suis très reconnaissante d’avoir entendu parler de PSE et des camps d’été, c’est un plaisir de travailler ici. »

 

 

Facebooktwittergoogle_plusmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *