_MG_5386

Une Visite à Siem Reap Centrale

Sampoa, la chef légendaire de Siem Reap
Sampoa, la chef légendaire de Siem Reap

Siem Reap Central, c’est exactement ce qu’on peut imaginer lorsqu’on pense au camp parfait: une ample cuisine ouverte avec une grande table en bois, des salles d’activités intérieures, des terrains de sport, et des arbres ombrageux, ainsi que de jolies petites maisons où dorment les européens et les khmers. D’un côté à l’autre du camp, on entend les enfants qui chantent, qui rient, qui hurlent de bonheur, et aussi le son des bavardages de l’équipe de service qui coupe les légumes avec Sampoa, la cuisinière du camp adorée.

Les enfants du camp viennent majoritairement de deux endroits: un petit village nommé Aranh, et la décharge de Siem Reap, située à environ 45min. « La plupart des enfants vivent dans des environnements difficiles et violents mais ceux de la décharge souffrent le plus. Ils sont forcés par leurs familles à travailler dans des conditions inhumaines et d’essayer de trouver des morceaux de plastique parmi des tonnes de déchets dégoûtants, pour gagner quelques centaines de riels par jour. Le camp est le seul endroit où ils ont le droit de se sentir et de se comporter comme des enfants, et je suis fier de dire que ce sont eux qui s’amusent et participent le plus. » Benjamin est coordinateur des camps de Siem Reap depuis deux ans maintenant, et s’occupe des logistiques du camp central et de la paillote. Il travaille dur pour s’assurer que nourriture, matériel, moniteurs et enfants soient au bon endroit au bon moment, et s’occupe aussi du bien-être de l’équipe de 40 moniteurs, afin que chacun donne le meilleur de lui-même pour les « kmei-kmei ».

Benjamin, coordinateur des logistiques des camps Siem Reap
Benjamin, coordinateur des logistiques de Siem Reap

Romain pendant les Olympiades
Romain pendant les Olympiades

Romain, moniteur de première année, a réalisé la dure réalité des enfants en voyant arriver au camp le deuxième jour un petit qu’il avait vu travailler sur la décharge pieds-nus deux jours plus tôt quand il y était allé. Lorsqu’il a participé à la distribution du riz dans les villages, organisée par PSE chaque weekend, une image en particulier restera avec lui : « il y avait une petite fille, à 50m, bras tendus, courant vers moi aussi vite que possible pour récupérer du riz. »

Nous avons aussi parlé à Sem Sovath, qui gère le camp PSE de Siem Reap toute l’année et travaille de près avec les services sociaux et le département EE. Pour trouver les familles que PSE prend en charge, les services sociaux « contactent les autorités, la police et la communauté pour comprendre quelles familles sont les plus désespérées ».  Une fois les familles évaluées par un comité de sélection elles commencent un programme PSE. Pendant les camps d’été, le département EE aide aussi à recruter les enfants des écoles environnantes, en parlant aux enseignants et en prenant le temps d’explique les avantages des camps d’été et pourquoi les enfants devraient y aller.

Sem Sovath derrière Ceci qui donne la compensation de riz
Sem Sovath derrière Ceci qui donne la compensation de riz

Sary Sok, coordinateur khmer du camp
Sary Sok, coordinateur khmer du camp

Sary Sok, coordinateur khmer du camp, travaille aux camps d’été depuis cinq années consécutives. Il est très touché de travailler avec l’équipe européenne chaque année: « J’apprends beaucoup des européens. Ils dépensent beaucoup d’argent de leurs économies pour venir au Cambodge et jouer et donner de l’amour aux enfants Cambodgiens. Je suis Cambodgien ; pourquoi je ne ferais pas la même chose? » Il explique que comme les enfants de la décharge sont le plus en danger, il dit toujours aux moniteurs khmers d’être très responsables avec eux, et de traiter tous les enfants de la même manière qu’importent d’où ils viennent. « Nous faisons les activités tous ensemble, comme une famille. On vient ici, on sourit, on est heureux, et on relâche le stress, on relâche la violence, on relâche tout ce qui s’est passé auparavant. Voilà notre cause. »

 

 

Facebooktwittergoogle_plusmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *