Angkor Wat!

Les Petits Ouistitis d’OBK

La petite paillote OBK, située à 10min à pied du camp central de PSE, a seulement ouvert cette année. Elle vante une infrastructure superbe, avec 11 salles intérieures, une grande cour de récré, et de jolies guirlandes multicolores qui lui donnent un air de fête. La particularité de ce camp, qui est une garderie pendant l’année, c’est que les enfants ont entre 2 et 5 ans, et comme ils fréquentent le centre pendant l’année, ils sont habitués à la culture PSE, et sont très gentils et bien élevés.

Catalina, the camp coordinator
Catalina,coordinatrice du camp

Ce qui est intéressant pour Catalina, coordinatrice du camp, c’est que c’est un camp idéal pour innover: tout est nouveau et propre, les enfants sont sages et il n’y a pas d’incertitude dans l’effectif, les logistiques sont parfaites. « On a tellement d’expérience avec les camps que d’ouvrir une nouvelle paillote pose rarement un problème: on se base sur l’organisation d’une autre paillote et on l’adapte. Comme nous avons un camp qui roule très bien, c’est sympa de se poser des questions et d’essayer une nouvelle manière de fonctionner. Aujourd’hui, par exemple, nous avons échangé les moniteurs Khmers avec les Européens: les Khmers organisent les activités, les Européens s’occupent de chaque équipe. » C’est une expérience nouvelle de voir les Khmers faire leurs jeux méconnus et donner des cours d’anglais improvisés, mais aussi de voir les européens se rapprocher des enfants et tourner avec eux d’activité en activité. Marine, monitrice française pense que c’est intéressant de changer un peu, car « lorsque les européens organisent une activité, il faut vraiment sur-simplifier pour se faire comprendre par les tous petits ».

Marine, a French monitor
Marine, monitrice française

L’équipe de moniteurs Khmers est particulièrement travailleuse. Srim, 20 ans, se réveille tous les matins à 5h pour venir au camp jusqu’à midi, moment où il retourne à PSE pour faire un stage au restaurant Lotus Blanc jusqu’à 22h. En rentrant chez lui, à 22h30, il cuisine pour sa famille de 10 personnes, puis le cycle recommence! C’est d’autant plus impressionnant parce qu’il est vraiment un moniteur extraordinaire.

Srim, a dedicated Khmer monitor
Srim, moniteur Khmer dédié

Un autre projet de Catalina est d’inviter tout le monde, parents inclus, à venir voir un spectacle fait par les enfants le dernier jour du camp. Petites pièces de théâtre, marionnettes, chansons, en Anglais et en Khmer, alimenteront la représentation.

Le plus agréable dans cette paillote c’est de rencontrer ces parents, qui viennent chercher leurs enfants tous les soirs. « Même si certains d’entre eux sont parfois attristants, comme cet homme venu réclamer plus de riz sous prétexte d’avoir perdu la compensation de la semaine dernière, le cigare au bec, en général les parents sont très reconnaissants et nous embrassent pour nous remercier. »

 

 

 

Facebooktwittergoogle_plusmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *