????????????????????????????????????

Projet Dentaire: Générateur de Sourires

Pater, coordinateur du camp
Pater, coordinateur du camp

Pour la quatrième année consécutive, le Projet Dental fait les rondes des 17 camps d’été de PSE. D’après le coordinateur, Alvaro Paternina, mieux connu sous le nom de Pater, la conception initiale du projet est due à une monitrice qui fut profondément touchée par l’état critique des dents des enfants à PSE. A l’époque, PSE envoyait les enfants à des cliniques dentales privées et y gâchait beaucoup d’argent. « En 2012, quand le projet reçut une bourse du Conseil Dentaire Espagnol, la première clinique dentale vit le jour à PSE. Un peu plus tard, avec l’aide d’une nouvelle bourse, une clinique mobile fut construite pour aider les enfants des villages plus isolés de Phnom Penh. » Pour assurer la continuité pendant l’été, le projet dental des summer camps commença. Le but était de tenir des ateliers de prévention, distribuer des brosses à dent, et traiter plus d’enfants des villages éloignés, qui n’avaient aucun accès à un traitement dentaire.

Cette année, cinq européens et cinq khmers complètent l’équipe dentale. Pour les deux premières semaines le projet était dirigé par Luis, qui malheureusement a du partir avant la fin. Soledad, monitrice et étudiante, explique le processus: « nous chantons des chansons, montrons des affiches, donnons des présentations pour expliquer l’importance de l’hygiène dentaire et comment s’occuper de ses dents. Chaque enfant reçoit une brosse à dent et du dentifrice et on se brosse les dents tous ensemble chaque matin et chaque après-midi au moment des douches. »

Soledad
Soledad

Les dentistes doivent travailler dans des conditions inhabituelles pour installer leurs cliniques dans les communes. « Certains endroits n’ont pas d’eau courante, de lumière ou d’électricité, et les espaces sont très petits », remarque Soledad. Pour Ramón, dentiste espagnol de l’équipe, ces obstacles sont des opportunités à saisir pour améliorer sa flexibilité et son pouvoir d’adaptation. Les dentistes s’accordent sur le fait que leur plus grand défi est celui de la communication avec les enfants. Même avec l’aide précieuse des étudiants Khmers qui traduisent et aident à calmer les enfants, ils luttent à rassurer les enfants et leur expliquer ce qu’ils font.

Ramón
Ramón

Dans le futur, le camp dental s’attend à des résultats très positifs avec les ateliers de prévention. « Le but essentiel est que les enfants maintiennent une bonne hygiène dentaire et évitent de futures extractions de dents » explique Pater. « On espère que d’ici 3 ou 4 ans les enfants n’auront que besoin des rappels sur la prévention ». Il remarque joyeusement qu’au fil des années il a déjà pu assister à une grande amélioration des dentitions.

Ce qui surprend le plus les dentistes c’est le courage des petits: Ramón constate que « les enfants ne pleurent presque jamais. Ils ne se plaignent pas de la douleur, et contraire montrent de la reconnaissance. Ils ont mal aux dents depuis des mois, donc le pire est passé – l’extraction c’est la partie facile. Bien que certains aient peur de nous au début, ils quittent tous la clinique heureux et soulagés. »

 

Facebooktwittergoogle_plusmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *